Valérie Damidot et la chirurgie esthétique

Valérie Damidot et la chirurgie esthétique
Le 18 avril 2022

Valérie Damidot et la chirurgie esthétique : Valérie est une animatrice blonde connue par son émission D&CO, diffusé sur M6, elle est réputée par sa joie de vivre et son rire communicatif. L’animatrice a déclaré sans tabou sur l’opération de chirurgie esthétique qu’elle a subie il y a quelques années de cela.

Ce qu’elle a pensé en avant

Depuis quelques jours, Valérie Damidot a été présente dans « Gala » pour parler du « le temps qui passe ». C’était une situation qui n’a pas inquiété l’ambassadrice WW qui, si elle souhaite perdre quelques kilos, n’a nullement l’intention de se tourner vers le bistouri. « L’idée d’avoir un front figé, ça me colle un cafard, ironise-t-elle. Moi, j’ai des rides, la peau un peu fripée sur le cou, mais je n’en ai pas envie du tout ». Pour autant, la présentatrice le reconnaît bien volontiers, elle a déjà eu recours à la chirurgie esthétique par le passé.

Valérie Damidot et la chirurgie esthétique

Après des ans qu’elle a donné naissance à son fils, il est constaté que la belle Valérie est complexée par son ventre tombant, donc elle a décidé de faire appel à un chirurgien pour améliorer son apparence. « Ce n’était pas joli, souffle-t-elle. J’ai fait une espèce de liposuccion pour retendre la peau ». Pas question cependant pour l’animatrice de s’offrir de nouvelles interventions.

Et de préciser de son propos : « Ça me fait flipper. J’ai vu des copines souffrir », et ce, notamment après avoir eu recours à une augmentation de la poitrine. « J’ai de la chance ils ne tombent pas trop », lance-t-elle avec humour. Aujourd’hui, la maman de Roxane et Norman préfère se tourner vers « les vraies médecines esthétiques pour la peau, les choses douces, les massages, les huiles, les crèmes » qu’elle « adore » tout simplement. Pas question pour autant de culpabiliser les femmes qui souhaitent se tourner vers la chirurgie ou des injections de botox. « Si c’est un vrai complexe, allez-y les filles, si vous vous sentez mieux, tant mieux ! », conclut celle qui, après avoir longtemps été victime de grossophobie, semble plus épanouie que jamais.